Espace adhérents

Accueil > Le Maillon > Archives 2014 > La pêche ... Technique, art ou science ?

Archives 2014

dimanche 11 mai 2014, par R. Clos

La pêche ... Technique, art ou science ?

J’ai entendu cette semaine encore un de nos amis dire sur le ton de la résignation
« Moi, quand je vais à la pêche je ne choisis pas ce que je vais prendre, ça dépend de ce que je trouverai, de ce qu’il y aura ! »

Un autre de nos amis indiquait qu’il partait avec une boite de vers et qu’il coupait chacun en deux. Un autre encore se désolait d’avoir perdu le poisson de sa vie après 5 minutes de combat.
Finalement, ces remarques assez communes me permettent rappeler ce qu’est la pêche et spécialement la pêche sportive.

Faute de parler des différences, je propose d’en définir le contour, à chacun de faire le tour des autres pratiques pour vérifier que sa conception de la pêche rentre dans notre monde.

D’abord, c’est une science. Oui, une science : comme Monsieur Jourdain qui disait de la prose sans le savoir, nous sommes dans une matière qui n’échappe pas à la connaissance scientifique. La vie des poissons, ses réactions, son habitat, sa manière de se nourrir, d’attaquer ses proies, ses périodes de reproduction, son habitat ou ses migrations ne nous échappent pas pour peu que nous soyons un peu curieux. La littérature halieutique est remplie de ces informations.

On y apprend goulument que le Bar se tient à l’affut à tel moment de la marée, qu’il lui faut un certain temps pour se repositionner sur son poste de guet avant une nouvelle attaque et qu’il est donc inutile de relancer au même endroit
après une attaque ratée. Que la dorade touche deux fois à 1 seconde d’intervalle si on lui propose deux appâts, que le thon voit mieux un leurre quand il a le soleil derrière lui ...

JPEG - 5.8 ko

Bref, la vie et les réflexes de la gent sous-marine ne peut échapper qu’à ceux qui ne se sont pas (encore) documenté. Le CAPS conserve quelques documents sur ce sujet et les tient à votre disposition.

C’est aussi un art et pour s’en persuader il suffit de voir le pêcheur de thon à la traîne de surface qui confectionne sa paëta (ou peita) à partir de diverse fibres de texture ou de couleurs surprenantes et issues quelquefois de commerces plutôt
spécialisés en déguisement d’enfants (sic).

Les voir assembler quasiment religieusement ces bouts de fil puis de les appairer avec un octopus aux couleurs chatoyantes et pailletées d’or relève d’art particulier et propre à la pêche.

Enfin, c’est aussi une technique car qui ne se souvient d’avoir perdu le poisson de sa vie
à cause d’un noeud qui n’a pas tenu, un hameçon qui s’est cassé ou un appât qui vrille dans le courant et tortille le fil, prémisse du sac de noeuds. Douloureux souvenirs que chacun se plait à raconter car on sait que le plus beau poisson est toujours celui qu’on a perdu... Le fil était devenu cassant mais il avait deux
ou trois ans ... le noeud entre la tresse et le nylon du bas de ligne a glissé pour une
raison mystérieuse ... le fil s’entasse d’un seul côté de la bobine ou encore j’ai fait une perruque monstrueuse au lancer... Chacun de ces petits malheurs trouve sa
solution dans des gestes techniques, des pratiques transmises par les plus anciens
d’entre-nous mais aussi par des livres bien connus.

Une maîtrise de ces trois dimensions avec une bonne connaissance de l’espace (je dis espace car nous évoluons dans trois dimensions) dans lequel nous allons exercer cette pêche en étant scrupuleusement respectueux des poissons que nous recherchons, de leur cycle de reproduction, de la taille minimale de capture et de la quantité prélevée (pour une consommation familiale, amis compris) et nous devrions encore vivre d’extraordinaires aventures dont l’exotisme n’a rien à voir avec la distance parcourue.

Nous avons la chance de vivre dans un pays de cocagne, tout y est à portée de main pour peu que l’on regarde autour de nous.

Venez nous rendre visite, on vous aidera à voir autrement.

Roland Clos 2012

Lettre d'info

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre d'information du CAPS

CAPS
Maison de la mer
Quai Goslar,
33120 ARCACHON
Tél : 05 56 54 89 89
caps@capsarcachon.fr
Ouverture de 14h00 à 18h00
du mardi au samedi
Contact Mail